fbpx
Sélectionner une page

Définition

Lorsque l’on parle des Lieux du Numérique pour les Ados, en France, il existe une multitude d’initiatives qui proposent aux jeunes d’apprendre à coder, à construire un robot, à créer un site web ou un jeu video, à imprimer en 3D ou encore à façonner ses propres images ou musique sur ordinateur.

FabLab, Techshop, cours, ateliers ponctuels, expositions, écoles privées, associations… En France, des initiatives de formes très variées cohabitent.

L’une des initiatives les plus connues sont les FabLabs, issus de l’école d’ingénieurs américaine MIT. Ils ont leurs propres label et fondation. Comme on l’apprend sur le site de la Fab Foundation, leur volonté est d’offrir l’accès à la tech au plus grand nombre. Afin de permettre à des projets de voir le jour de manière ouverte et libre.

Une autre initiative a été démarrée il y a quelques années par l’enseigne Leroy Merlin en partenariat avec TechShop. Ils ont ouvert des espaces situés à Lille d’abord puis à Paris au sein de Station F, le plus grand incubateur de startups de France. Techshop était une entreprise privée américaine qui ouvrait des lieux donnant aussi accès à la tech. Cette entreprise a fait faillite en 2018 mais, en France, les Lieux de Leroy Merlin existent toujours.

En outre, il est de plus en plus fréquent d’entendre autour de soi que des cours de programmation sont proposés par des associations hébergées en Mairie par exemple. Ou encore que des organismes proposent des activités extra-scolaires d’apprentissage au code, à la robotique, à la 3D… Cela peut aller jusqu’à des prestations à domicile pour des anniversaires ou encore des expositions au sein d’institutions comme la Cité des Sciences et le Musée Pompidou par exemple.

Mais en fait, si on veut être précis, toutes ces initiatives pourraient être rapportées au concept de MakerSpace.

MakerSpace… Quezako?

En résumé, il s’agit d’un lieu dans lequel tout un chacun peut accéder à la Tech par la mise à disposition de divers outils comme des machines du type imprimantes 3D. Sur son site web MakerSpace.com explique [en anglais] le concept. On y voit aussi des photos qui illustrent bien la forme diverse et variée que cela peut prendre.

Pourquoi des Lieux?

Nous voyons le numérique prendre une place de plus en plus importante dans nos organisations.

Les jeunes de la génération Digital Natives sont immergés dans leur accès au numérique pour rester connectés entre eux sur leurs smartphones, parfois jusqu’à l’addiction. Pour nous tous, nos réflexes de consommation courante s’orientent vers une part de plus en plus grande d’achats en ligne. Les ateliers de fabrication industrielle s’appuient sur des outils informatiques de plus en plus sophistiqués. Les agriculteurs s’appuient dans leurs décisions sur l’analyse des données fournies par la terre…

Ainsi, en parallèle de cette évolution numérique, des lieux comme les MakerSpaces se sont peu à peu développés pour répondre à un besoin de l’être humain de pratiquer avec ses pairs pour se dépasser. Intégrer le numérique dans nos vies de manière positive nécessite d’en maîtriser les tenants et aboutissants. Les théories peuvent être expliquées et présentées en vidéo. La pratique peut être initiée à l’aide d’exercices à distance. Mais in fine, ce qui nourrit la curiosité et la soif de connaissance de l’être humain, ce sont les rencontres, les encouragements et les opportunités de dépassement et de reconnaissance.

Vers un futur plus humain

Au cours des 2 dernières décennies, les noms suivant ont été créés : Google, Facebook, Youtube, Free, Deezer, Doctolib, AirBnB, Instagram, Fortnite… Ce sont tous des outils du quotidien, le nôtre et celui de nos ados.
L’exemple de Doctolib nous semble intéressant. Peu à peu, les cabinets médicaux ont évolué d’une secrétaire derrière son comptoir à l’entrée du cabinet, vers des plateaux téléphoniques distant jusqu’à Doctolib qui propose un service de gestion d’agenda et de prise de RDV en ligne. Certains regretteront que l’absence de la “dame du comptoir” rime avec la perte d’échanges humains à l’entrée du cabinet, d’autres trouveront inquiétant que ces dames soient mises au chômage au profit d’une interface informatique. Mais en réalité, les coulisses de Doctolib, ce sont des centaines d’employés qui développent cette solution, par du codage informatique et de la gestion de projet pour la plupart.

Il n’est pas question ici de nier que la disparition peu à peu du métier de secrétaire médicale mette des personnes au chômage qui ne pourront pas devenir développeuses du jour au lendemain. Il s’agit plutôt de se dire que cette transformation est en route et que les adolescents d’aujourd’hui devront être capables de naviguer dans un monde dans lequel la plupart des métiers n’existent pas encore. Dans 20 ans, un ado de 15 ans en aura 35 et sera au cœur de sa vie professionnelle.

Alors sur la base de cette réflexion, il nous semble important de faire en sorte que les ados d’aujourd’hui puissent devenir Acteurs compétents. C’est-à-dire capables de comprendre les rouages et coulisses d’une programmation informatique, capables de se projeter sur des projets issus de leur imaginaire, capables d’analyser des données, capables d’agir au sein d’une équipe sur un projet, capables de rebondir d’une technologie à une autre, capables de cultiver leur curiosité.

Le projet TeenLabs a pour mission d’aider ces Lieux en leur apportant des services qui leur permettront de se développer.

Pour toutes les raisons ci-dessus, nous croyons qu’il est important que les jeunes puissent se retrouver dans des lieux pour prendre la main sur la tech et vivre les dynamiques des projets, qu’ils puissent se confronter à la ténacité qui permet d’aboutir et aux encouragements que l’on peut se prodiguer lorsque l’on vit en équipe ou encore expérimenter les incompréhensions auxquelles on peut être confrontés. Cultiver ces expériences et acquérir ces compétences seront, selon nous, des moyens d’avancer vers une humanité plus à l’écoute de son prochain, en complément des contenus distants à consommer à son rythme et au fond de son canapé, mais pas en remplacement.